Art de vivre

J’ai souvenir encore…

J’ai l’immense chance d’évoluer, depuis quelques années, auprès d’aînés de toutes origines et de toutes allégeances, partout sur la belle île qu’est Montréal. Ces personnes qui, autrefois, représentaient un Montréal vivant et bouillonnant de promesses, lorsque tout était encore possible, sont aujourd’hui des personnes (pour la plupart) qui vivent dans une réalité quelque peu altérée, car elles souffrant de démence (j’interviens auprès d’eux dans ce cadre).

Pourquoi Montréal?

Ayant une relation établie depuis plusieurs années avec les personnes sélectionnées, je me suis permise de les questionner sur pourquoi ils aimaient et aiment Montréal. Certains ne sont pas nés ici: ils l’ont choisi parmi tant d’autres villes. Certains autres ont dû suivre parents et famille. Qu’est-ce qui fait que Montréal a touché leur cœur? Dans leurs souvenirs parfois épars, qu’est-ce qui leur vient en premier comme souvenirs chers et mémoires vives?

J’ai choisi de laisser les commentaires entiers, sans filtrer, car l’essence même de ces grands humains s’y trouve.

Née en Yougoslavie, 1929

Je suis venue ici d’abord car mon fils devait venir y étudier. Je l’ai aimée, cette ville, uniquement lorsque que je me suis mise à écrire.

I don’t know where the weirdness takes me… but I don’t like that… (Traduction: J’ignore où la bizarrerie m’amène, mais je n’aime pas ça.)

(Elle rit.)

Oh oui, j’aime Montréal. J’ai grandi dans les années étrangères, tu sais… Alors, on y va?

(Je demande où.)

Ben, dehors!

(Elle est en aile protégée, elle n’est pas autorisée de sortir. Nous sommes allées au jardin.)

Né en Italie, 1933

Oh oui, que j’ai aimé cette ville… Oh… (pensif)

Tout est magnifique. Je suis venu, mais je n’ai pas choisi la bonne femme.

(Note: sa première femme fut quittée et laissée en Italie).

Désormais, je suis seul. C’était pas un bon choix.

J’ai beaucoup travaillé, je marchais. Oh, je me suis perdu souvent dans cette grande ville. L’atmosphère est sans pareille. Tout est magnifique. Je n’ai pas d’enfants non plus…

Je ne serais pas retourné en Italie. J’en ai de souvenirs heureux, mais c’est pas comme Montréal. Ma vie était ici.

Dommage que le vent ne rentre pas plus…

(La petite fenêtre est ouverte; il y met la main pour vérifier.)

Née à l’Île -du-Prince-Édouard, 1922

Ce que j’aimais et aime de Montréal? TOUT!!! (avec beaucoup d’énergie alors qu’elle semblait très mélancolique à mon arrivée)

Les gens sont tellement gentils, very nice people!!!

Et la température… (avec le sourire) Et l’hiver, quand c’est très froid, ça gèle et on peut patiner.

J’étais serveuse, j’adorais ça! Tu rencontres plein, plein de gens, les gens sont siii gentils! Ah! et j’ai dansé, dansé, dansé, fait la fête et dansé. Oh, chaque soir!!!

Et quelques cocktails! I danced my head off! (Traduction: J’ai dansé à en perdre la tête!)

I met so many people! (Traduction: J’ai rencontré tant de gens!)

Quel âge as-tu encore?

(Je lui réponds.)

Oh… you’re just a young chicken! (Traduction: Oh… tu es encore un jeune poulet! Ha! Ha!)

(Elle sourit radieusement.)

Langues: identités

J’ai laissé les allers et retours entre le français et l’anglais, car c’est aussi ça, Montréal. Souvent, lors des interventions, puis lors de ces échanges, je dois rappeler à ces personnes de revenir à l’anglais (ou au français), car elles l’alternent avec leur langue maternelle, et mon serbo-croate ou mon hongrois ne sont pas très fonctionnels! C’est fort dommage, car les langues ont des nuances si précieuses… Je voudrais que les gens puissent revenir à cette aisance de parole qu’une langue d’adoption n’offre pas toujours.

Merci !

Je suis infiniment reconnaissante d’évoluer auprès d’eux. Les aînés sont, pour moi, si précieux. Sources de tant de savoirs, d’expériences, d’émotions…  Nous aurions tout à gagner à nous en enrichir et à en apprendre! Je les ai déjà remerciés en personne, mais je suis reconnaissante d’avoir avec eux un beau lien et qu’ils aient volontiers accepté de répondre à mes quelques questions dans leur réalité actuelle.

L’exercice est fort enrichissant. Savez-vous ce que les aînés autour de vous aiment ou aimaient de Montréal?

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire