Plaisirs gourmands

Le Trèfle

Le 17 mars. Cette journée où le vert est à l’honneur et où la bière coule à flots pour souligner la Saint-Patrick.  Cette fête à l’origine catholique qui est devenue plutôt symbolique de la reconnaissance du peuple irlandais.

Pour moi, cette date sur le calendrier correspond également à mon anniversaire. C’est pourquoi, chaque année, je m’empresse de revêtir la couleur du moment et trouver un endroit où il y aura d’autres amateurs de farfadets et de Guinness.

Bien sûr, c’est très caricatural, mais cela demeure assez représentatif de ce que j’ai vécu lors de ma plus récente visite au pub Le Trèfle, situé au cœur de mon quartier, Hochelaga-Maisonneuve.

Un vrai pub irlandais

Je suis une initiée de ce bar de la rue Ontario. Vous ne serez pas déçu.e.s d’apprendre que l’expérience irlandaise, vous pouvez la vivre 365 jours par année. Tout d’abord parce que le décor rappelle vraiment ce à quoi on peut s’attendre d’une taverne de Dublin tout droit sorti d’un film hollywoodien. Vous savez, les murs et les planchers en bois foncé, les lustres et le mobilier qui confèrent tous un cachet vieillot et chaleureux à la fois.

Depuis son ouverture à l’automne 2014, cet établissement – appartenant, entre autres, au comédien Rémi-Pierre Paquin – a su se démarquer par la diversité de son offre et des occasions de s’y rendre. C’est sans compter son caractère inclusif. En effet, tout le monde est le bienvenu entre les murs de ce bar très animé où les places libres se font rares. Que ce soit pour regarder une partie de hockey disputée par notre cher club montréalais, passer une soirée entre amis ou encore pour rencontrer cette fameuse date Tinder, toutes les raisons sont bonnes pour choisir le Trèfle.

Bien boire et bien manger

De plus, ils ont un choix impressionnant de bières qui saura satisfaire les plus fins palais. Les indécis auront de la difficulté à se fixer parmi leurs 32 lignes de fût. D’ailleurs, certaines ne sont disponibles qu’en quantité limitée, affichée sur une ardoise mettant à l’honneur les microbrasseries québécoises. Ils ont également une carte de whiskey bien garni qui plaira aux connaisseurs d’alcool fort.

À cela s’ajoute un menu intéressant appelé à changer à l’occasion. Nul besoin de vous dire que leurs poutines font partie du menu régulier. Leur réputation n’est plus à faire parmi les habitués de l’endroit : elles demeurent l’un des incontournables de la place, selon moi. Les classiques fish and chips et irish stew sont également disponibles. Plutôt végétarien? Certains plats peuvent être adaptés, mais il y a aussi des alternatives sans viande sur le menu!

Et si, comme moi, vous adorez les brunchs, sachez que la fin de semaine, jusqu’à 15h, vous – et même vos enfants – êtes invités à venir y déjeuner (ou dîner). Là encore, il y en a pour tous les goûts. Vous pouvez accompagner votre repas d’une consommation alcoolisée.

Pub le trèfle

Visiter Le Trèfle

Je dois avouer que je me considère chanceuse d’avoir à quelques rues de chez moi l’impression de voyager dans le temps et dans l’espace lorsque j’entre à la taverne Le Trèfle. Je sais que j’y passerai un bon moment, car tout y est synonyme de plaisir. Non, je n’y ai toujours pas trouvé de marmite  remplie d’or mais je peux vous assurer que les souvenirs que j’en garde sont tout aussi précieux.

Maintenant qu’une deuxième succursale a ouvert ses portes sur l’île de Montréal, il ne me reste qu’à aller voir si les souvenirs que j’aurai lors de ma visite à Verdun seront aussi mémorables que ceux auxquels j’ai pris goût dans mon quartier!

Le Trèfle — Hochelaga : 3971 Ontario Est
Le Trèfle — Verdun : 4718 Wellington

 

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire