Vie de quartier

La Plaza…forever


Quand j’étais petite, une fois par an, maman m’amenait chez Oscar. Oscar c’est le magasin de confiseries, bonbons et sucreries de la
Plaza St-Hubert. Le reste de l’année, je mangeais du caroube… c’est vous dire comment ma vie était loin du royaume sucré qui s’ouvrait avec la porte d’Oscar!!

La Plaza St-Hubert, c’est un genre de croisement entre la rue commerciale de quartier et le centre commercial. Ses limites officielles sont entre Bellechasse et Jean-Talon, mais vu son magnétisme, des commerces sont installés dès Rosemont et jusqu’à Jarry au nord. Plusieurs rues commerciales est-ouest profitent aussi de sa popularité. La Plaza a une aire d’influence importante dans Rosemont à un jet de pierre de la ligne orange.

La Plaza d’hier

Oscar a toujours une adresse sur la Plaza St-Hubert. Aujourd’hui, mes enfants  accompagnent ma mère une fois par an pour acheter les blocs de chocolats pour Pâques. Aller chez Oscar c’est retourner en enfance, depuis 1929, l’entreprise vend des centaines de sortes de biscuits et de bonbons en vrac. Tout le monde y trouve le bonbon de sa jeunesse.

Oscar est implanté sur St-Hubert depuis longtemps comme d’autres classiques de la Plaza qui en ont certainement assuré la popularité et la longévité. Dans cette catégorie, notons le constant Roi du Smoked Meat où on peut manger (ou se faire livrer) un smoked meat ou le fameux sous-marin “À la Roi”, et, évidemment, le Théâtre Plaza. Je me suis toujours demandé si l’origine du nom « Plaza » était inspiré de cet ancien cinéma. Érigé en 1922, c’était l’époque où les cinémas avaient des noms exotiques: l’Égyptien, l’Empress, le Séville… Le cinéma a cessé ses activités dans les années 1970, on y présente aujourd’hui des spectacles et des événements.

On ne peut parler de la Plaza sans rappeler que le premier restaurant St-Hubert, lorsqu’on l’appelait la Rôtisserie St-Hubert, celui à l’origine de tous les autres St-Hubert de l’univers, a ouvert, en 1951, sur la Plaza St-Hubert d’où son nom, il va sans dire. Le restaurant tient toujours enseigne dans le même local.

L’effervescence sur la Plaza était à son apogée dans les années 1960. Les grandes vedettes québécoises s’y produisaient, les commerçants étaient avant-gardistes, proposant la première vente trottoir du Québec, des prix annoncés sur Télé Métropole (l’ancêtre de TVA), une parade du Père Noël, etc… Bref, l’expérience “magasinage” au-delà des magasins s’est développée sur la Plaza alors que ça aurait pu être juste une rue commerciale de quartier comme les autres.

En 1984, la Plaza est couverte d’une marquise qui lui prête une identité très distincte à Montréal. La marquise est par certains décriées, par d’autre adorées. Mon avis varie sur le sujet selon que je doive y aller sous la pluie ou par beau temps! En ce moment même, la Plaza est en plein travaux de réaménagement. La marquise sera transformée, une allure plus contemporaine, moins envahissante. Elle laissera voir l’architecture (la façade italianisante du Théâtre Plaza) et on nous promet que les pigeons n’y trouveront plus résidence! Bye bye cimetière de fiente et menace constante…

La Plaza d’aujourd’hui

La Plaza c’est pas mal plus qu’un passé remarquable. On s’y sent vraiment à Montréal, là où l’harmonie est créée dans un joyeux capharnaüm d’origines, d’intérêts et de générations. Les commerces d’importations africaines et asiatiques y côtoient le terroir québécois. Les enfants viennent y acheter des nouveaux souliers pour la rentrée, les jeunes cherchent l’habit de bal parfait, les futurs mariés y reviennent pour préparer le grand jour et tous les âges se rencontrent dans les librairies de la rue. Les plus trendy mangent au Montreal Plaza, fréquentent le Café 8 oz., la galerie Art Mûr, le Ausgang. Les amoureux d’Harry Potter achèterait tout Chez Rhox ( t’sais, quand ton slogan c’est « geek stop »)… Bref, il y en a VRAIMENT pour tout le monde avec les quelques 400 commerces et services qui s’y trouvent.

J’y découvre toujours quelque chose de nouveau, d’une part parce qu’il y a toujours de nouveaux commerces, l’offre s’y développe grandement, d’autre part parce que j’ose entrer dans des boutiques qui, ailleurs, m’intimident un peu, mais sur la Plaza, on n’est pas là pour être vu, ni pour être jugé, donc on ose être soi-même.

La Plaza c’est le côté laidback, décontracté, de Montréal, celui où on est juste bien ensemble sans en faire trop, juste pour être bien. Les terrasses sont relaxes, les bars sont accueillants. On ne s’y sent jamais comme un intrus, jamais au mauvais endroit, au contraire, on s’y sent à l’aise, un peu chez soi!

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire