Carnet d'entrevues

Myriam De Verger, une lumineuse Montréalaise

Les lumières de l’immense scène s’allument doucement. Une femme fait le tour de l’appartement pendant que sa famille prolonge le sommeil d’une nuit trop courte. Elle s’offre un moment de réflexion et de détente avant que ne commence le tourbillon épuisant du quotidien. Puis, la maisonnée s’éveille petit à petit et l’histoire commence. Sur les planches, plus besoin de lumières puisque Myriam De Verger illumine le théâtre Jean-Duceppe complètement avec son interprétation de Ruth Younger dans Héritage, présenté au début de l’automne 2019. Première pièce jouée sur une scène québécoise avec une distribution presque entièrement noire; l’actrice est très heureuse d’en faire partie. « C’est encourageant, dit-elle, que le duo de directeurs artistiques du Théâtre Duceppe, David Laurin et Jean-Simon Traversy, ait osé la diversité »

De Rouyn-Noranda à Berri-UQAM

L’actrice en a fait du chemin depuis sa ville natale de Rouyn-Noranda jusqu’aux studios de télévision et aux scènes montréalaises. Elle a d’abord connu l’exode normal de plusieurs jeunes adultes de région, décidant d’aller vers la grande ville pour les études. « J’ai d’abord commencé des études en dessin de mode au Collège Lasalle, mais je me suis vite rendu compte que je n’étais pas fait pour cela! », nous dit-elle en riant. Elle a ensuite travaillé comme barmaid, pendant un certain temps, et a bien connu le « night life » de Montréal. Par la suite, elle a entrepris des études en jeu à l’UQAM puis, elle a été admise au Conservatoire de Montréal, en interprétation. Elle réalisait ainsi un rêve qu’elle caressait depuis longtemps.

Aujourd’hui, Montréal est SA ville et c’est sur le Plateau qu’elle s’est installée. Myriam considère que Montréal lui va tout à fait. « C’est un endroit dynamique qui a une drive qui me convient en tout point ». On ne finit jamais de découvrir Montréal, selon Myriam qui apprécie la multitude de quartier et les ambiances différentes qu’on y trouve.

Montréal verte

Myriam reconnaît et salue les efforts de l’administration Plante afin de rendre la ville plus verte. Elle aimerait que ses concitoyens suivent cet exemple et est pleine d’admiration pour toutes les formes d’investissement et d’engagement des citadins dans l’optique de protéger l’environnement. Ruelles vertes, coopératives de développement durable, déplacements actifs sont autant d’initiatives qui l’inspirent et la rendent fière de Montréal.

La scène anglomontréalaise

La comédienne dont on a pu admirer le talent jusqu’à tout récemment dans Unité 9, adore le théâtre. Elle se promet d’ailleurs d’en découvrir une forme qu’elle ne connaît que trop peu : la scène dramatique anglophone de Montréal. C’est le metteur en scène Mike Payette qui lui en a donné envie d’explorer cet univers typiquement montréalais. Au-delà du théâtre Centaur ou du Segal Centre, cette communauté d’artistes est très active autant sur les planches que dans les différents festivals et événements.

Alors à l’instar de Myriam De Verger, n’hésitez pas à partir à la découverte du théâtre anglomontréalais ou de tout autre aspect de la ville que vous connaissez moins. Vous aurez peut-être la chance d’y croiser l’éblouissante comédienne, en attendant de la revoir briller sur scène, au cinéma ou à la télévision.

Merci à notre invitée du mois: Myriam De Verger

Vous pourriez aussi aimer...

Pas de commentaire

Laisser un commentaire